• sophielouvetmenu

Christina ROSMINI:" TIO, itinéraire d'une enfant de Brassens" au festival d'Avignon 2019 au Cabestan

Mis à jour : 25 août 2020


TIO : itinéraire d’une enfant de Brassens : Spectacle musical de Christina Rosmini

Mise en scène : Marc Pistolesi (Molière 2017 du meilleur spectacle musical).

A Avignon au theatre le Cabestan pour la 3ème saison !!!

Avec : Christina Rosmini Chant ,comédie

Bruno Caviglia , Guitares

Xavier Sanchez , percussions

« SES MOTS.... pour raconter... MON HISTOIRE ! » Christina Rosmini

http://www.christinarosmini.com/

https://www.youtube.com/watch?time_continue=9&v=Xzljrvl7mI0

Georges Brassens est ici présenté comme un archétype paternel solaire, une sorte d’oncle, TÍO, universel, protecteur et émancipateur. Un spectacle profondément positif sur une histoire intime faisant échos à celle de bon nombre d’entre nous. Un hymne à la vie et à tous les possibles !

Mêlant poèmes, chansons, lettres et interviews de Georges Brassens à quatre compositions de son dernier album, Christina Rosmini retrace le parcours de sa propre famille qui venue d'Espagne, de Corse et d'Italie, s'imprégna de France aux sons et aux rythmes du Grand Georges.

En un récit musical aux touches flamencas, l'artiste révèle comment l'Oncle Brassens, TIO universel, bienfaisant et émancipateur, a finalement élevé ses grands parents, ses parents et les générations suivantes en leur offrant le meilleur : Musique, poésie, humour... Liberté de pensée !

Le guitariste Bruno Caviglia (Michel Legrand, Véronique Sanson) et le percussionniste Xavier Sanchez (Yvan le Bolloc'h, Pierre Bertrand) offrent à « TÍO...BRASSENS » une qualité musicale exceptionnelle.

« on peut , sans hésiter ,classer Christina Rosmini dans la tradition de la chanson française niveau supérieur (…) . Un bijou » Libération – Bruno Pfeiffer .

« La voix chaleureuse et pleine d’allégresse d’une méditerranéenne très latine qui navigue entre flamenco et chanson à textes » . Telerama - Anne Berthod.

« Cette toute nouvelle création qu’elle fait découvrir au festival d’Avignon, est un véritable hymne à la poésie et à la joie avec cette pointe de truculence et d’humour propre au maître. Vaucluse matin - Jean Do Rega


TIO : itinéraire d’une enfant de Brassens

Grâce au large éventail de ses sujets de prédilection, quasiment paradoxaux (misogynie supposée/ Liberté de la femme, engagement humaniste et non engagement politique, grossièreté et poésie érudite...) largement commentés, Georges Brassens a su conquérir le cœur de nombreux français, de souche ou pas.

Son sourire tendre et malicieux, ainsi que sa pudeur et son horreur des donneurs de leçons, sont entrés dans les foyers français et en ont fait un personnage familier, un membre de la famille, une sorte « d’oncle » pour nombre d’auditeurs aux valeurs à priori opposées.

Le spectacle raconte comment une famille d’ouvriers, (arrivés d’Espagne du côté maternel et d’Italie en passant par la Corse du côté paternel) a pu accéder, grâce à l’influence de l’œuvre de Brassens, à la langue française, à la poésie, à la culture donc, mais aussi à l’humour, à une forme d’irrévérence envers l’ordre établi, de « désacralisation » de la religion ou de l’autorité, bref, comment finalement ses membres ont digéré un certain « esprit français » et se sont ainsi plus facilement intégrés.

Christina Rosmini a entre autre puisé son inspiration dans l’ouvrage du sociologue Salvador Juan qui dans « Sociologie d’un génie de la poésie chantée - Georges Brassens », nous entraine dans une réflexion sociologique sur l’universalité de l’œuvre de Georges Brassens.

L’auteur y raconte comment Brassens à son insu, a en effet su rassembler toutes les couches de la société autour d’une œuvre populaire mais exigeante, poétique, humoristique et surtout profondément humaine. Et donc étonnamment universelle.

Christina Rosmini a conçu TÍO, ou Itinéraire d’une enfant de BRASSENS, comme une sorte de témoignage, d’hommage en chansons tant à Brassens qu’à sa propre famille exilée, (et avec elle à tous les déracinés), le tout parsemé de clins d'œil, d'anecdotes, d'images venant nourrir ce témoignage.

On retrouve Brassens mais sous une forme inédite : celle d’un « père spirituel » évoluant dans les souvenirs d’une femme comme dans la mémoire collective, cette femme étant elle-même descendante d’une lignée de grand admirateurs dudit chanteur. Certain des personnages des chansons mythiques de Georges Brassens seront incarnés devant nous .

Un décor sobre et moderne va servir d’écrin à ce récit-souvenir , avec projections de videos des souvenirs, images oniriques, collages...

L’Héritage artistique ou Les « Maitres » : Georges Brassens et Paco Ibañez

Née dans une famille d'origine espagnole, italienne et corse, Christina Rosmini a été nourrie de musiques du pourtour méditerranéen mais surtout de chanson française à texte par des parents résolument « brassensophiles ».

Son répertoire original, malgré sa couleur très latine, est fortement influencé par l'œuvre du grand auteur compositeur qu’est Georges Brassens, notamment au niveau textuel : ses chansons sont à la fois empreintes de poésie, de truculence, d’humour, dans une exigence de sens et de son, consciemment ou inconsciemment inspirées de celles de Brassens qu’elle considère comme l’un de ses principaux Maîtres.

Les adaptations de certaines chansons de Brassens par Pierre Pascal, magistralement interprétées par un autre des « Pères spirituels » de Christina Rosmini, Paco Ibañez, (avec qui on a pu la voir en duo en 2014 sur la scène du Théâtre Toursky à Marseille), l’ont également profondément marquée.

Elle s’empare alors de certaines d’entre elles pour les restituer de façon très personnelle : sa version bilingue de Saturne a ainsi été remarquée lors de ces derniers concerts, notamment par le journaliste de Libération Bruno Pfeiffer (chronique Ça va Jazzer).

L’équipe...

Pour ce nouveau spectacle, on retrouvera autour de Christina Rosmini l’équipe talentueuse qui a participé à ces dernières créations :

Les musiciens complices : le guitariste Bruno Caviglia, et le percussionniste Xavier Sanchez, tous deux remarqués par la presse tant en concert que sur son dernier album Lalitā sorti en septembre 2016 chez l’Autre Distribution.

Metteur en Scène : Marc Pistolesi

Acteur français, ayant participé à diverses productions cinématographiques et théâtrales ces derniers années, Marc Pistolesi joue entre autre dans la troupe Les Carboni, collabore avec la compagnie de théâtre de rue Trottoir Express et crée Léonard, seul en scène à trois voix à dimension sociale.

Il signe pour le festival d’Avignon 2016 la mise en scène d’un spectacle musical Ivo Livi ou de Destin d’Yves Montand, salué par le public et nominé aux Molières 2017.

Décoratrice, Scénographe, Costumière Dramaturge : Charlotte Villermet.

Formée à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg (section scénographie-costumes), à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, et à l’Ecole de stylisme aux ateliers Letelier, Charlotte Villermet a aussi été l’assistante de Claude Lemaire et Nicky Rieti. Ses collaborations artistiques sont nombreuses (ex : La Colère Don Juan, mis en scène par Christophe Luthringer). Elle a conçu des décors des deux précédentes créations de Christina Rosmini : D’Autres Rivages et El Niño Lorca. Son style raffiné et contemporain a su donner aux artistes un véritable écrin remarqué du public et salué par la presse. Comme sur El Niño Lorca, Christian Boustani travaillera à la création vidéo, Et Bernard Menu élaborera le son de cette aventure comme sur toutes les dernières créations ainsi que sur l’enregistement du dernier album de Christina Rosmini, Lalitā.