• sophielouvetmenu

RAY LEMA " Jazzkiff" : hommage à Franco Luambo: sortie du vinyle et concerts

Mis à jour : 23 août 2020

"on entre KO,on sort OK"

Hommage à FRANCO LUAMBO , fondateur du TP OK JAZZ

(Sur son bar était inscrit : on entre OK,on sort KO)

Album enregistré au JAZZKIF-KINSHASA


Sortie nationale CD ( mai 2020) & vinyle le 18 Septembre prochain (One drop - l'autre distribution)

Ecoute de l'album:https://soundcloud.com/ray-lema/sets/on-rentre-ko-on-sort-ok-hommage-a-franco-luambo/s-YLr19

EPK : https://www.youtube.com/watch?v=Y1GHu9uyIqk


LES CONCERTS :

20 septembre : Paris - Parc Floral

29 septembre: Limoges

8 octobre : Seynod

10 octobre :Châteauroux

17 octobre :Bruxelles

24 octobre : Jazz Terrassa (Barcelone)

30 octobre :Malmoe




« Après toutes ces années, la musique de Franco n’a pas pris une ride. » Ray Lema en est persuadé plus que jamais, lui qui tout gamin faisait le ngambo, c’est-à-dire la chauve-souris agrippée à un arbre, pour écouter le tout puissant créateur de l’OK Jazz. Chez le natif de Sona-Bata, Ray Lema entend tout autant l’immense tradition qu’il a expertisée dès les années 1970 en tant que directeur du ballet national que les intenses innovations qui ont fourni le diapason de la musique congolaise depuis, notamment le sebene, cette marque de fabrique qui fait de la guitare l’axe de sa musique, une roue rythmique.

Pour prendre l’épaisseur de ce parcours, il a choisi des faces des débuts à commencer par Nani A Pedalaki et le classique d’entre les classiques Mario, à l’hiver de sa carrière, des titres taille patron dans lesquels il a bien fallu tailler. Un défi pour tout arrangeur quand on sait qu’un titre de Franco pouvait tourner des heures. Il y a ajouté son grain de sel, qui ne manque pas de pimenter cette nouvelle sauce : la section de soufflants dont les motifs écrits par ses soins tracent des lignes inédites, de nouvelles perspectives à la musique de Franco. Certains y verront là une touche jazz à la rumba. Ce serait néanmoins en limiter la portée de cette relecture, qui parvient à « moderniser » l’irrésistible groove de Franco. Disons qu’il ne s’est pas contenté d’une copie décalquée pour saluer à sa juste hauteur le talent de la rumba.